Une « démarche audacieuse » : Expansion d’un modèle intégré de soins aux personnes atteintes de démence en 2021

December 30, 2020 Personnel de Joule

En tant que fondatrice des cliniques de la mémoire MINT, la Dre Linda Lee a déclaré qu’elle avait toujours eu pour objectif de veiller à ce que toutes les personnes atteintes de démence aient accès à des soins équitables, peu importe si elles vivent dans un centre urbain animé ou dans un village rural éloigné.

En 2021, elle se rapprochera de cet objectif. Après avoir contribué à l’établissement de cliniques dans 117 collectivités de l’Ontario, elle poursuivra son œuvre dans trois autres provinces.

« Notre démarche est audacieuse. C’est la première expansion du projet à l’échelle nationale », a commenté la Dre Lee.

Depuis qu’elle a reçu une subvention à l’innovation de Joule de 100 000 $ il y a deux ans pour les cliniques de la mémoire avec équipes interprofessionnelles multispécialités (MINT), la Dre Lee a transformé le modèle de soins actuel pour traiter la démence. 

En aidant les patients atteints de démence à accéder à des soins de grande qualité auprès de leur médecin de famille, le modèle a contribué à la détection précoce de la démence et facilité la collaboration entre les fournisseurs de soins primaires, leurs collègues et les spécialistes.

Comment fonctionnent les cliniques de la mémoire MINT

Les cliniques MINT offrent un modèle intégré de soins comprenant des médecins de famille, du personnel infirmier, des travailleurs sociaux, des ergothérapeutes, des pharmaciens, des représentants de la Société Alzheimer et d’autres professionnels, selon leur disponibilité. 

Les patients et les soignants reçoivent un diagnostic dès le début du processus et collaborent avec leur équipe MINT, qui comprend un médecin de famille formé et d’autres professionnels de la santé, pour élaborer un plan de prise en charge. L’équipe de la clinique MINT peut aussi consulter des gériatres au besoin.

Dans la plupart des cas, les fournisseurs de soins primaires prennent en charge tous les aspects des soins aux personnes atteintes de démence, au sein même la collectivité. Seuls les patients qui en ont véritablement besoin sont dirigés vers un gériatre, ce qui diminue le nombre de demandes de consultations auprès de ces spécialistes.

Selon la Dre Lee, la reconnaissance que lui ont value les cliniques MINT, qu’elle a pu mettre en œuvre en grande partie grâce à la subvention à l’innovation de Joule, a joué un rôle déterminant dans l’expansion de l’initiative.

« Cette reconnaissance a vraiment contribué à faire connaître notre modèle intégré de soins aux personnes atteintes de démence. »

Depuis le lancement des cliniques MINT, la Dre Lee a également reçu le Prix des innovateurs de demain (Future Innovator Award) de la Change Foundation, et le Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées a contribué au financement de l’expansion des cliniques MINT à l’extérieur de l’Ontario.

 

Expansion en temps de pandémie

En raison de la pandémie de COVID-19, le projet d’expansion de la Dre Lee a été un peu plus difficile que prévu.

« La pandémie a eu un impact considérable sur les personnes atteintes de démence, qui sont confrontées à l’isolement social et à la réduction du soutien des services communautaires », a-t-elle déclaré.

Pour répondre à ces besoins, les cliniques MINT ont adopté un modèle hybride combinant les visites virtuelles et les rencontres en personne. Lorsque les évaluations doivent être effectuées en personne, le personnel, les patients et les proches aidants doivent porter un équipement de protection personnelle comprenant un masque et un écran facial. Le cas échéant, les visites virtuelles se sont avérées une option très bien accueillie.

« Certains des aspects virtuels ont été un ajout très positif, en particulier pour ce qui est du suivi habituel des soins », a indiqué la Dre Lee. Elle a expliqué que ces services pourraient se poursuivre après la pandémie.

 

Regard sur l’avenir

D’ici 2030, on estime que près d’un million de personnes seront atteintes de démence au Canada; en raison du nombre limité de gériatres, beaucoup de collectivités seront mal préparées pour prendre en charge les besoins complexes de ces patients.

La Dre Lee espère que l’essor des cliniques MINT aidera à combler ces lacunes, l’objectif définitif étant d’établir une clinique dans chaque province et territoire et d’offrir des soins équitables partout au pays.

« C’est le but : faire en sorte que les patients des régions rurales aient accès aux mêmes soins que s’ils étaient au centre-ville de Toronto. »

_

Ces documents sont publiés uniquement à titre informatif. Ils ne remplacent en rien un avis médical en bonne et due forme et ne doivent pas être considérés comme des conseils médicaux ou personnels. Les auteurs s’expriment à titre personnel, et leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles de l’Association médicale canadienne et de ses filiales, y compris Joule. 

À propos de l’auteur

Personnel de Joule

Joule est une filiale de l’Association médicale canadienne (AMC) et vise à aider les médecins dans leur quête de l’excellence clinique. Elle y parvient grâce à l’innovation dirigée par des médecins et en incitant les médecins à utiliser des produits et services de savoir ainsi que des technologies et services novateurs.

Twitter LinkedIn Consulter le site Web Plus de contenu par Personnel de Joule
Précédent
Déjà plus de 450 000 patients suivis pour leurs plaies chaque mois grâce à l’application mobile Swift
Déjà plus de 450 000 patients suivis pour leurs plaies chaque mois grâce à l’application mobile Swift

Bénéficiaire d’une subvention à l’innovation de Joule, une médecin transforme les soins des plaies chroniqu...

Prochain
10 choses à savoir sur la COVID-19 maintenant
10 choses à savoir sur la COVID-19 maintenant

L’équipe éditoriale de DynaMed répond à dix questions cliniques au sujet de la COVID-19 qui préoccupent act...

Les cours proposés par l’ILM en 2021 sont là pour répondre à vos besoins de formation

Inscrivez-vous