Modifier son approche : une psychiatre de Winnipeg lance une unité virtuelle en santé mentale en réponse à la COVID-19

February 8, 2021 Personnel d' AMC Joule

Le programme de subventions à l’innovation de Joule offre du financement, du soutien professionnel et des services de mentorat aux médecins et aux apprenants en médecine qui contribuent à améliorer les soins de santé. Ceci est la première d’une série d’histoires sur les bénéficiaires de 2020 et leurs innovations.

Lorsque le gouvernement du Manitoba a déclaré l’état d’urgence le 20 mars 2020, la Dre Jennifer Hensel, psychiatre, y a vu une occasion :le confinement lui permettait d’explorer les soins de santé mentale virtuels avec son équipe du Centre d’intervention d’urgence en santé mentale, un centre de crise ouvert 24 heures sur 24 au centre-ville de Winnipeg.

« Quand la pandémie de COVID-19 a frappé, c’était l’occasion parfaite. Nous nous sommes dit : “On peut le faire. Voyons comment bâtir quelque chose d’unique et d’utile en cette période où nous ne pouvons pas accueillir les patients dans nos établissements” » – Dre Jennifer Hensel, psychiatre.

Son modèle de soins est inspiré de ses travaux antérieurs sur les soins de santé mentale virtuels externes et de sa contribution à une unité de médecine virtuelle en tant que membre d’honneur en innovation à l’Institute for Health System Solutions and Virtual Care du Women’s College Hospital de Toronto.

Depuis son arrivée à Winnipeg en 2017, la Dre Hensel souhaitait mettre en place des services virtuels locaux, mais faisait face à des obstacles technologiques, ainsi qu’à de la résistance et à des préoccupations en lien avec la confidentialité et le respect de la vie privée. Mais la pandémie lui a ouvert toutes les portes.

« Beaucoup des obstacles sont immédiatement tombés », explique la Dre Hensel.« Du jour au lendemain, nous pouvions proposer des rendez-vous virtuels à nos clients et ainsi changer la prestation des soins. »

Faire la transition

L’objectif de l’unité virtuelle du Centre d’intervention d’urgence en santé mentale était de limiter les contacts physiques des clients avec le centre de crise et l’hôpital tout en offrant la même qualité de soins.

Voici le parcours d’une personne qui vient chercher de l’aide en santé mentale :

  • Consultation initiale, en établissement ou par téléphone ou vidéo, lorsque cela est possible.
  • Aiguillage vers l’équipe de psychiatrie pour une évaluation approfondie si la crise est jugée assez grave; cette évaluation peut aussi se faire virtuellement.
  • Aiguillage vers l’unité virtuelle si un soutien psychiatrique est requis, mais qu’une hospitalisation immédiate n’est pas indiquée.

« À partir de ce moment, le patient fait partie de notre unité; il a un “lit” sur notre unité virtuelle, et nous travaillons avec lui chaque jour, comme nous le ferions s’il était à l’hôpital », précise la Dre Hensel.

Différentes formes de soutien psychiatrique sont offertes au sein de l’unité : établissement d’objectifs quotidiens, suivis multiples quotidiens au besoin, gestion de médicaments et livraisons en bordure de rue dans certaines situations exceptionnelles, et accès à la ligne d’écoute téléphonique de la clinique en tout temps. Les patients admis ont aussi accès à des séances de psychoéducation virtuelles.

Après trois ou quatre jours, la plupart des patients voient leur crise stabilisée; ils peuvent alors obtenir leur congé et être dirigés vers d’autres services externes. Toutefois, dans certains cas, l’état d’un patient peut se détériorer et nécessiter une hospitalisation.

Améliorer l’accès

Une fois les activités de l’unité lancées, la Dre Hensel et son équipe ont réalisé que certains types de patients retiraient de grands avantages de la nature virtuelle des services, par exemple :

  • les femmes qui viennent d’accoucher et qui ne veulent pas se séparer de leur nourrisson;
  • les soignants et les aidants naturels;
  • les personnes qui vivent leur première crise de santé mentale (qui survient souvent à l’adolescence ou au début de la vingtaine) et qui sont réticentes à l’idée de recourir au système de santé mentale.

Mesurer le succès

Jusqu’à maintenant, l’unité virtuelle a permis d’éviter une hospitalisation à plus de 80 % de ses patients, ce qui représente d’énormes économies. Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, chaque crise entraînant une hospitalisation au Manitoba coûte environ 5 000 $.

La Dre Hensel et son équipe ont aussi montré qu’elles pouvaient intervenir virtuellement auprès de populations à risque élevé.

« Beaucoup des personnes admises à notre unité virtuelle de santé mentale ont des comportements suicidaires ou présentent des symptômes très graves de problèmes de santé mentale. Nous avons réussi à démontrer que le traitement virtuel est possible malgré tout », souligne la psychiatre.

Le programme de subventions à l’innovation de Joule de 2020 a permis d’octroyer 500 000 $ en guise de soutien à l’innovation dirigée par des médecins, dans les domaines de la viabilité du système de santé, de la santé et du bien-être des médecins, des solutions en soins de santé et de l’accès aux soins.

Bâtir un modèle pérenne

La Dre Hensel prévoit évaluer le programme en profondeur afin de découvrir quels patients en profitent le plus et de voir ce qui se passe après le congé. Elle souhaite aussi améliorer les outils technologiques pour augmenter la capacité d’admission de l’unité.

Son souhait est d’étendre le service au reste de la province.

« Il y a d’énormes besoins en matière de soutien en santé mentale dans les régions rurales manitobaines, et je pense que ce modèle de soins pourrait aider à combler les lacunes », explique-t-elle.

« Nous avons accompli quelque chose d’exceptionnel, mais nous pouvons encore faire beaucoup plus. Je suis enthousiaste à l’idée d’utiliser la subvention à l’innovation de Joule pour bâtir un modèle complet et trouver le moyen de l’implanter à long terme. C’est l’avenir des soins de santé. »

 

À propos de l’auteur

Personnel d' AMC Joule

AMC Joule soutient les médecins et les apprenants en médecine dans la poursuite de l’excellence clinique. En tant que filiale de l’Association médicale canadienne (AMC), AMC Joule appuie la profession en offrant des programmes de formation continue et d’autres possibilités d’apprentissage, de même que des outils de recherche et des produits cliniques de pointe fondés sur des données probantes.

Twitter LinkedIn Consulter le site Web Plus de contenu par Personnel d' AMC Joule

Aucun précédente

Prochain
Déjà plus de 450 000 patients suivis pour leurs plaies chaque mois grâce à l’application mobile Swift
Déjà plus de 450 000 patients suivis pour leurs plaies chaque mois grâce à l’application mobile Swift

Bénéficiaire d’une subvention à l’innovation de Joule, une médecin transforme les soins des plaies chroniqu...